CATHERINE S.WOLFF #PEINTURE

ANTIGONE / ARBRE DE JESSE / BALADE ROMANTIQUE / LE PALADIN DU DIABLE / ANNA K. / SALOMON / TEMPERER / LIBERTE J'ECRIS TON NOM / L'AUTEL / LAP-SUS / ...

"...On peut préférer oublier à quel point l’art nous dérangera.
Pour Catherine S. Wolff, la question ne se pose pas. Sa peinture n’est faite ni pour gêner ni pour rassurer. Elle est une respiration, un mode d’existence qui lui permet de ne pas être dérangée, justement.
Elle peint durement, comme elle respire donc : rien de plus rude que ses formes et ses thèmes.
Or, approchez cette femme, ce qui domine, c’est son rire, « énaurme ».


Pas d’angoisse apparente ni de refrains pathétiques. Dans la vraie vie, elle vit et va, légère.
Pas ses toiles, qui exhibent ce qui ne pourrait être autrement, durablement. Peindre, ce travail en profondeur, va ici remuer la face inavouée, et faire surgir un matériau brut et nu, non habillé, non maquillé. Le sexe nu et l’effroi.
De ce que saisit son pinceau, on peut craindre le pire ; mais ce n’est jamais sans propos ni avant-propos. C’est qu’un fait particulier, marquant, a enclenché cette mise en scène, mise à mort, amour....